Contactez le cabinet au : 01.45.00.04.86 (du mardi au vendredi de 9h30 à 18h)

Alliance thérapeutique

 

« Il est généralement admis qu’une bonne relation patient/thérapeute constitue la clef d’une psychothérapie réussie. Pour le praticien, la difficulté permanente est de maintenir l’équilibre entre professionnalisme et empathie.  » (Les Grands Dossiers des Sciences Humaines n°15).

« Un psychologue a beaucoup de patients, mais les patients n’ont qu’un seul thérapeute. »

 

Le terme d’alliance thérapeutique a été employé pour la première fois par Sigmund Freud, en 1913. Il insistait alors sur l’importance d’une alliance forte entre un patient et son thérapeute. Elle s’avère en effet indispensable dans le cadre d’une psychothérapie. Elle est très aussi utile pour toute démarche soignante.

Quand deux personnes se rencontrent, quel que soit le contexte, les facteurs relationnels sont au premier plan. Chacun a besoin de savoir à qui il a affaire, afin de définir de quelle manière se comporter. La méfiance, la confiance, la séduction sont des exemples de ce phénomène normal et utile. La psychothérapie et la thérapie n’échappent pas à cette règle. Un rapport collaboratif consiste à passer de ce type relationnel, dans lequel les facteurs interindividuels sont prédominants, à un autre type dans lequel patient et soignant travaillent ensemble pour résoudre les problèmes posés dans la thérapie. Il s’agit d’une collaboration active, basée sur une appréciation partagée des problèmes et un accord sur les solutions possibles. Le thérapeute Carl Rogers a bien défini les qualités nécessaires pour pratiquer le métier de psychothérapeute : l’empathie, l’authenticité, la chaleur humaine.

L’empathie est l’aptitude que possède une personne pour percevoir la réalité que vit une autre personne, et de quelle manière il peut restituer à autrui ce qu’il en a compris.

L’authenticité est l’aptitude d’un thérapeute à se sentir à l’aise dans la situation thérapeutique, avec ses propres émotions, ses propres sentiments, ses pensées et réflexions, et aussi avec son malaise personnel. En effet, les patients vivent fréquemment des situations difficiles susceptibles d’induire un malaise important chez les soignants.

Enfin être chaleureux, c’est trouver le patient sympathique au sens commun du terme.

Plus un thérapeute est empathique, authentique et chaleureux, plus il doit être professionnel. Sans cela, les risques d’inefficacité et de dérive deviennent importants. Il en est d’ailleurs de même pour tous les métiers. Etre professionnel, c’est disposer d’un statut (par exemple infirmier, médecin, psychologue…) et de compétences. Plus un thérapeute est empathique, authentique, chaleureux, plus il doit être professionnel et savoir appliquer des méthodes. Les méthodes se sont ce que le solfège et la technique de l’instrument sont pour un bon musicien : le solfège n’est pas l’ennemi de la musique, bien au contraire, il permet une meilleur interprétation. Plus un thérapeute est professionnel, plus il peut se permettre d’être empathique, authentique et chaleureux.

La psychothérapie présente ceci de particulier que la personne du thérapeute et la relation qu’il établit avec un ou des patients sont « l’outil » principal du processus. Ce point entraîne deux remarques importantes. D’abord, un thérapeute est soumis à de fortes pressions émotionnelles, affectives et relationnelles. Il doit donc savoir se préserver, tout en s’engageant au plus près des problèmes du patient. Ensuite, un thérapeute doit bien connaitre son propre fonctionnement et donc faire un travail sur lui-même, pour éviter les contre-transferts, bien comprendre les situations au travers des yeux du patient et non des siens et appliquer les méthodes (les bons outils, au bon moment). L’une des conséquences de cette position particulière est que le thérapeute doit être un « cordonnier bien chaussé », afin d’améliorer l’efficacité de la thérapie et se protéger. La fréquence de pathologies dépressives et anxieuses chez les soignants est considérable et le « burn out (syndrome d’épuisement professionnel) des soignants » n’est pas un mythe.

Établir et maintenir une alliance thérapeutique est une compétence indispensable pour un psychothérapeute. Celui-ci doit être proche de la réalité souvent difficile que vit un patient, comme par exemple des idées suicidaires, tout en gardant le contrôle dans la thérapie. Cela nécessite des qualités humaines, professionnelles et un entraînement spécifique.

Sans professionnalisme, la charge émotionnelle peut devenir éprouvante, voire dangereuse pour le thérapeute et la thérapie.


Contactez-moi
Alexandra RivierePsychologue Clinicienne
 
Adresse50 rue de Ponthieu
 75008 Paris
Téléphone01 45 00 04 86
Social Links
© 2017 Alexandra Rivière – Psychologue Paris 8

Partenaires