Contactez le cabinet au : 01.45.00.04.86 (du mardi au vendredi de 9h30 à 18h)
Apprendre à ne plus procrastiner

La procrastination, apprendre à ne plus tout remettre au lendemain

Déroulement

  • Type de groupe : atelier thérapeutique
  • Nombre de personnes : maximum 10 personnes
  • Prochaine date : Mardi 26 Juillet 2016
  • Horaires : de 19h à 21h30
  • Durée : 2h30
  • Tarif : 70€
  • Pour s’inscrire : envoyer une demande en cliquant ici

Programme

  • Traiter la procrastination
  • Maîtriser l’inertie du désordre
  • Apprendre à gérer l’urgence
  • Assouplir les exigences du perfectionnisme
  • Gérer le découragement

Déscription

—La procrastination, du latin pro et crastinus signifie « demain », c’ est la tendance à remettre systématiquement au lendemain des actions (qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non). Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate. —Cette tendance apparaît souvent au cours des études dès que la personne doit gérer elle-même son activité et prendre la responsabilité de sa production. C’est souvent quand il faut rendre ses premiers devoirs réalisés à la maison que la procrastination se révèle. Il n’y a pas de corrélation entre le niveau intellectuel et la fréquence de la procrastination. ——La tendance à la procrastination définit la différence entre les actifs (A) et les non actifs (nA) : —un actif effectue ce qu’il a à faire dès qu’il peut le faire. —Un non-actif n’agit que là où il est porté par l’émotion (il aidera héroïquement quelqu’un, par exemple, mais laissera traîner longtemps la rédaction de ses notes de frais). Suivant le psychologue Walter Mischel qui a mené des expériences dans les années 1960, ce phénomène est principalement dû à un manque d’apprentissage de maîtrise de soi, de ses désirs. Selon lui, et quelques autres universitaires à sa suite, on peut apprendre cela vite et bien, surtout pour les enfants quand les parents sont partie prenante à cet apprentissage.
« C’est parce qu’on imagine simultanément tous les pas qu’on devra faire qu’on se décourage, alors qu’il s’agit de les aligner un à un. » Marcel Jouhandeau

Contactez-moi
Alexandra RivierePsychologue Clinicienne
 
Adresse50 rue de Ponthieu
 75008 Paris
Téléphone01 45 00 04 86
Social Links
© 2017 Alexandra Rivière – Psychologue Paris 8

Partenaires